Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Echiquier orangeois - ( Club d'Echecs Orange )

Le club d’échecs de l’EO rassemble des joueurs de tous âges et de tous niveaux : Compétitions, Echecs Loisirs, Ecole d'Echecs ! N'hésitez pas à nous contacter pour connaître les modalités des animations et des cours d'échecs proposés par le club

Hommage à Victor Kortchnoï

Publié le 29 Juin 2016 par Echiquier Orangeois in Histoire des Échecs

Hommage à Victor Kortchnoï

Hommage à Victor Kortchnoï

 

Le 6 juin 2016 disparaissait l'âge de 85 ans l'une des légendes des Échecs modernes, Victor Kortchnoï. Nous avons souhaité, par la plume de Patrick Epelly, rendre un hommage à ce grand champion.

 

« L’élément humain, les insuffisances humaines et la noblesse de l’homme,

ce sont les raisons pour lesquelles les parties sont perdues OU gagnées ! »

d’après Victor KORTCHNOï

 

Victor KORTCHNOI (Kortschnoj dans les DATABASES) affronte Anatoly KARPOV à Baggio aux Philippines en 1978 pour le titre de champion du monde. La règle vient juste de changer, c’est celui qui remporte le premier 6 victoires qui est sacré. KARPOV domine naturellement comme depuis 5 ans dans les tournois fermés du monde entier (oscar du meilleur joueur 5 années de suite), mais KORTCHNOI a une stratégie : Il fatigue son adversaire comme dans la 15ème partie qui dure 154 coups et qui est ajournée 2 fois avec coup sous enveloppe. Alors que KARPOV est à une seule victoire en menant 5-2, il s’écroule physiquement et psychiquement et se fait remonter 5-5 aux 28ème, 29ème et 31_ème parties.

La tension est à son comble pour la 32ème partie, dans les médias et l’univers des échecs. Est-ce l’exclusion de KORTCHNOï en 1976 de l’équipe soviétique pour cause d’âge ou de concurrence à KARPOV le préféré du KREMLIN, ou l’exil forcé via les PAYS-BAS puis la SUISSE, ou l’emprisonnement au goulag de son fils pour 4 ou 7 ans, ou encore la mise en résidence surveillée de sa femme qui ressurgissent sur le Dissident ?

KORCHNOI perd avec sa défense PIRC, ou Russe ou Oufimsev, trop timorée, et même s’il proteste, hurle, dénonce encore le parapsychologue russe, le Dr ZOUKAR, attaque KARPOV devant les tribunaux internationaux, KORTCHNOI n’est pas champion du monde en 1978 tout en remportant l’Oscar du meilleur performeur pour sa remontée spectaculaire de 2-5 à 5-5 !

En 1975, il perd contre le même KARPOV 2-3 en finale des candidats sur 12 partie.

En 1981, il réussit à jouer la finale mondiale à l’âge de 50 ans contre toujours le même KARPOV et perd 3-6 sur 24 parties. On lui annonça la mort de son fils par téléphone dans un camp de travail et il perdit 3 des 4 premières parties sur des erreurs de jugements incompréhensibles ; La nouvelle était fausse !

En 1983, il tombe en quart de finale devant le très jeune ogre de BAKOU et non moins célèbre KASPAROV, 20 ans, et perd 4-7 sur 12 parties.

KORTCHNOï n’abandonnera jamais les échecs et la compétition de haut niveau. Il jouera jusqu’à plus de 83 ans des tournois de Grands-Maîtres. Il affrontera KASPAROV à GENEVE en 2003, en rapide. Contre sa défense française fétiche, KASPAROV use d’une nouveauté 8 Dd3 et réalise une miniature. KORTCHNOï continuera jusqu’au mat pour témoigner de la magnifique combinaison : c’est un grand champion.

KORCHNOï est de la trempe des TARRASH, RUBINSTEIN, KERES, RESHEVSKY, BRONSTEIN, SHIROV qui ne seront jamais champion du monde mais qui marqueront toujours les Echecs.

Voyons cette exécution de KORTCHNOI en 1978 contre une jeune Grand-Maître hollandais, que tout joueur d’échecs peut conserver dans ses notes, et qui m’éveilla souvent la nuit précédente d’un match.

 

Hug,Werner - Kortschnoj,Viktor [E04]

Switzerland Switzerland, 1978

 

1.Cf3 e6 2.g3 d5 3.Fg2 c5 4.0–0 Cc6 5.c4

 

 

Hommage à Victor Kortchnoï

5...dxc4 6.Da4 Fd7 7.Dxc4 Tc8 8.Cc3 Cf6 9.d4

Hommage à Victor Kortchnoï

9...b5 Sacrée Préparation d ouverture de KORTCHNOI (le sacrifice de pion est déjà imprenable)

10.Dd3

Si Cxb5 Ca5 Da4 et a6 ! gagne

Si Dxb5 Cb4 Dxb7 (Si Dc4 Cc2+ gagne) Fc6 Dxa7 Ta8 ! gagne

cxd4 11.Cxd4 Ce5 12.Dd1 Db6 13.Fg5 Fe7 14.Tc1 0–0 15.Cf3 Cxf3+ 16.Fxf3 Tfd8 17.Db3 b4 18.Ce4

Hommage à Victor Kortchnoï

18...Cxe4 19.Fxe7 Txc1 20.Txc1 Dxf2+ 21.Rh1 Tc8 22.Dd1 Txc1 23.Dxc1 Fc6 24.Fxb4

Hommage à Victor Kortchnoï

24...Dxe2

0–1

Si FxDe2 Cxg3+ double Rg1 CxFe2 gagne NICKEL!

 

 

KORTCHNOY et la France :

En 1990, le Comité de Vaucluse invite KORTCHNOI pour une simultanée au palais des Papes en AVIGNON, sous l’organisation émérite de Christian BERNARD.

En 1985, il siège plus d’un mois et demi au Polygone de MONTPELLIER pour le tournoi des 16 candidats, dont les 4 premiers seront qualifiés pour les demies finales. Mais il concède dès la 2ème ronde une nulle contre l’étoile montante et insolente, le britannique Nigel SHORT, âgé de 20 ans.

Mais qui se souviendrait du débarquement de KORTCHNOI, à BORDEAUX en mai 1980, pour une autre simultanée de 40 joueurs en plus de 4 heures et trente minutes : score nocturne 40-0. Le lendemain en Conférence de presse et devant un pare-terre de 250 personnes en pleine guerre froide, une voix contrariée par la défaite brutale de la veille questionne le n°2 mondial :

« How many hours you play by day ? »

Réponse laconique de KORTCHNOI : « Twenty four hours ».

En 1980, un joueur d’échecs orangeois savait déjà que pour gagner plus, il faut travailler plus ! KORTCHNOI, c’est le héraut de mes 14 ans (match KORTCHNOI-SPASSKY demi-finale des candidats en 1977 à EVIAN avec la défense française Variante Winawer contre la suite 7 Dg4 mise à mal… par KORTCHNOI !

 

 

 

 

2 dernières parties pour la route :

 

Kortschnoj,Viktor - Najdorf,Miguel [D41]

Hoogovens Wijk aan Zee (4), 15.01.1971

 

24ème coup noir : a5

Hommage à Victor Kortchnoï

25.d5 [!! Ce coup est stratégiquement clair (commentaires de GM). KORTCHNOï devait prévoir qu'il aboutirait à une finale gagnante bien qu'avec un Cavlier de moins.]

25...a4 26.dxe6 axb3 27.exf7+ Rh8 28.Txd8 Dxd8 29.axb3 De7 30.e6 Ta6 31.f4 [!! la pointe]

31...h6

Hommage à Victor Kortchnoï

[NAJDORF n'espère plus qu'une arnaque...]

[31...Txe6 32.Txe6 Dxe6 (32...Cxe6 33.Dxe6 Dxe6 34.f8D+ Dg8 35.Dxg8+ gagne la finale) 33.Dxe6 Cxe6 34.f5 Cf8 35.h5 g6 36.h6 gagne !

32.f5 Ch7 33.Tc1 Ta8 34.Df4 Cf6 35.Dc7 Db4

Hommage à Victor Kortchnoï

36.Dc8+ [?]

[36.Dc5 forçait l'abandon des noirs, mais KORTCHNOY avec quelques secondes sans ajout, aperçoit un joli coup "gagnant"]

36...Rh7 [36...Txc8 37.Txc8+ Rh7 et promotion f8=C !!]

37.Dxa8 Dd4+ 38.Rf1 Df4+ [??]

[38...Dd3+ permet l'échec perpétuel et la NULLITE]

39.Re2 De5+ [39...Dxc1 f8=C + toujours !]

40.Rd1 [et le Roi trouvera une cachette...]

1–0

Hommage à Victor Kortchnoï

.

Spassky,Boris V (2610) - Kortschnoj,Viktor (2645) [C18]

Candidates final Belgrade (2), 1977

KORTCHNOï sortit d une manière inattendue une variante à sacrifice, préparée pour contraindre le superbe attaquant qu était SPASSKY à une défense incommode. Cet hommage à la psychologie de LASKER fut le signe d une guerre des nerfs sans précédent entre les joueurs.

Pendant plusieurs parties du match, aucun d'eux n'accepta de prendre place à l'échiquier quand son adversaire s y trouvait.

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cc3 Fb4 4.e5 c5 5.a3 Fxc3+ 6.bxc3 Ce7 7.Dg4 cxd4 8.Dxg7 Tg8 9.Dxh7 Dc7 10.Ce2 Cbc6 11.f4 Fd7 12.Dd3 dxc3 13.Fe3

Hommage à Victor Kortchnoï

une, parmi d'autres possibilités commodes, qui prépare le coup de verrouillage Ce2–d4, mais se jette sur la grenade de KORTCHNOï]

13...d4 14.Ff2 0–0–0 15.Cxd4 Cxd4 16.Dxd4 b6 17.Fh4 Fb5 18.De4 Fxf1 19.Txf1 [toujours combattif, plus sage était la nullité par 19.Da8+]

19...Td5 20.Fxe7 Dxe7 21.Tf3 Rb8 22.Rf1 Td2 23.Tf2 Tgd8 24.Df3 Txf2+ 25.Rxf2 Td2+ 26.Rg3 Dd8 27.De4 Dg8+ 28.Rh3 Dh8+ 29.Rg3 Dg7+ 30.Rh3 Td8 31.g4 Th8+ 32.Rg3 Dh6 33.Dg2 Dh4+ 34.Rf3 Td8 35.Dg3 De7 36.g5 Td2 37.Rg4 Db7 38.Dxc3 Tg2+ 39.Rh3 Tf2 40.Rg4 De4

Hommage à Victor Kortchnoï

Un millier d'amateurs yougoslaves saluèrent ce combat de titans d'un tonnerre d'applaudissements!

 

0–1

 

PS : KORCHNOï ce sont juste les victoires de 75 tournois de GM entre 1955 et 2004, durant 49 années.

Ses plus grandes victoires de matchs individuels en plusieurs parties sont contre :

RESHEVSKY, TAL, MECKING, PETROSSIAN(2x), SAX, PORTISH, GELLER,

HUBNER, SPASSKY, POLOUGAIEVSKY(2x), PONOMARIOV (2001 !).

 

Patrick EPELLY

Commenter cet article